Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/232

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

ENFANCE DANS LA SAVOIE


Il a plu cette nuit, une naïve odeur
Parfume le ciel gris ; un voile d’eau charmante
Sur les vergers emplis de songe et de candeur
Jette sa transparente et vaporeuse mante.

Il fait à peine jour, l’étroite ville dort,
Et j’entends, cependant que des ruisseaux d’air glissent,
Avec un bruit divin de porcelaine et d’or
Une cloche sonner là-bas, chez les Clarisses…