Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/272

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
267
UN JARDIN AU PRINTEMPS


Et j’accepte qu’un jour mon être
Au sein de l’ombre soit jeté,
Si ma tendresse doit renaître
Dans le Printemps illimité…