Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/402

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
397
STANCES

 
Et peut-être aurez-vous, un jour proche et doré,
Cette ardente secousse,
Puisque tout mon passé, malgré vous, est entré
Dans vos veines si douces…