Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/401

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
396
STANCES


Ces rêves si dolents, si tendres et si durs
Dont je suis comme morte,
Mon enfant, entreront chez vous malgré le mur,
Les rideaux et la porte.

Même si je restais auprès de votre lit
Et contre vos fenêtres,
Je n’empêcherais pas que le soir amolli
Arrive et vous pénètre,

Même si je mettais sur vos yeux mes deux mains,
Vous sentiriez l’espace
Empli des lourds désirs et du sanglot humain
De toute votre race.

Votre cœur est plus frais que celui des lis gais
Et de la jeune abeille,
Mais un jour, vos chers poings ardents et fatigués
Presseront votre oreille :

Ce sera le geste âpre, aride, épouvanté,
Qui s’irrite et qui jure,
Dont mes doigts, chaque fois que revenait l’été,
Déchiraient ma figure.

Pareille à vous, j’étais, dans le matin uni,
D’une faiblesse extrême,
Quand je me suis blessée à ce mal infini
Qui nous vient de nous-même ;