Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/63

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
58
COMMENCEMENTS


Ni si le lis brûlant me donnait son odeur
Dans l’azur infusée,
Ni si toute la mer se groupait dans mon cœur
Pour jaillir en fusée !