Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/92

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
87
LA PRIÈRE DEVANT LE SOLEIL

– Fronton d’or, dont mesbras sont les vivants pilastres,
Vous êtes comme un cœur, mon cœur est comme un astre,
Si bien que je crois voir, dans le matin vermeil,
Luire et se saluer l’un et l’autre Soleil…