Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

LA NAISSANCE DU PRINTEMPS.


Un oiseau chante, l’air humide
Tressaille d’un fécond bonheur,
Un secret puissant et languide
Traine sa vapeur, sa moiteur.

Ah ! sur toute la douce Europe
Voici que s’éveille et s’étend
– Parfum d’ambre et d’héliotrope, –
Le romanesque du printemps !

Dans le dur branchage circule
La sève tendre aux tons d’azur ;
L’eau semble en fleur ; la renoncule
Scintille comme un ruisseau pur.

Les oiseaux jettent l’étincelle
De leur acide, frêle voix,
Partout monte, gonfle, ruisselle
Le parfum ingénu des bois.