Page:Noailles - Les Vivants et les Morts, 1913.djvu/325

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Et tu dors à jamais ! Le passé, l’avenir
De leurs fortes parois te pressent et t’enclavent,
Tu ne te défends plus, ô mon timide esclave,
Et tu n’as pas été, puisque tu peux finir.

Tu vivais. Et, moi qui, dès ma pensive enfance,
N’avais pas accepté les durs défis du sort,
J’ai dû te voir entrer, craintif et sans défense,
Dans le sombre accident quotidien de la mort ;

Tu dors, mon emmuré, et mon regard qui plonge
Jusqu’à ton front détruit, à jamais cher pour moi,
Ne peut plus t’apporter cette part de mes songes
Qui te plaisait ainsi qu’un mutuel exploit.

— Puisque je n’ai pas pu empêcher ces désastres,
Nature ! moi qui fus leur conseil et leur sœur,
Puisque je ne peux pas réveiller la torpeur
Des jeunes corps dormant dans l’étrange moiteur
De vos froids souterrains aux ténébreux pilastres,
Que du moins ma tristesse et son étonnement,
Comme un reproche ardent, flotte éternellement
Entre les tombeaux et les astres !