Page:Noailles - Les Vivants et les Morts, 1913.djvu/338

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Et qu’on voit, sur l’azur, les lilas lourds d’odeur
Balancer mollement des archipels de fleurs,
Je pourrais croire encor que la vie est auguste,
Qu’un sûr pressentiment, obscur et solennel,
Fixe au cœur des humains le sens de l’éternel,
Que le labeur est bon, que la souffrance est juste,
Malgré l’essor sans but des méditations,
Malgré l’inerte espace où les soleils fourmillent,
Malgré les calmes nuits où froidement scintille
Le blanc squelette épars des constellations,
Malgré les mornes jours, dont chaque instant ajoute
A la somme des pleurs, des regrets et des doutes
Rués contre nos cœurs comme des ennemis,

Si je n’avais pas vu leur visage endormi…