Page:Nodier - Smarra ou les démons de la nuit, 1822.djvu/104

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

qui s’endort la veille de son jugement. Polémon dormoit paisible aux doux son de la harpe de Myrthé.