Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/188

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

fait connaître que la ruelle Pertuis-Morel (désignation antérieure de la rue Lekain, qui s’est encore appelée rue Sydney) est propriété de la Ville, et qu’une propriétaire dont le mur donnait sur la ruelle, a eu tort d’y pratiquer des jours sans aviser la communauté.

En 1820, quelques propriétaires acquièrent une portion de la ruelle. En 1844, dans une question d’alignement, il est parlé d’un terrain sis à l’angle de la rue Lekain et du passage de la tenue Gaudin.

La voie existait donc au moment des percées de ce quartier, mais ne devint rue que postérieurement, et, en raison du voisinage du Théâtre, on la dénomma du nom du tragédien Henri-Louis Caïn, dit Lekain, né à Paris en 1728, mort le 8 février 1778.




Boulevard Lelasseur
Premier arrondissement. Paroisse de Saint-Similien.
De la route de Vannes à la route de Rennes.

René-François Le Lasseur, né le 4 avril 1754, mort le 27 janvier 1838, ancien avocat général à la Chambre des Comptes, philanthrope, a laissé 30.000 francs au dépôt de mendicité, 20.000 francs à la maison de Saint-Vincent-de-Paul, 15.000 aux pauvres des paroisses Saint-Clément, Saint-Donatien et Saint-Similien, 6.000 francs à l’Hospice des pauvres et 10.000 francs à celui des incurables. Sa tombe avoisine le Calvaire au cimetière Saint-Donatien.

Des héritiers de cette famille ont continué à habiter la Ville ; en 1842, un M. Le Lasseur figure dans un projet d’établir une ligne de boulevards, du boulevard Delorme à la route de Rennes, et deux ans après, il donne l’autorisation de laisser percer son terrain de la Sauzinière, en fournissant les fonds nécessaires qui lui seront remboursés par annuités ; un arrêté royal du 23 décembre 1846 est intervenu au sujet des travaux que l’on avait acceptés.