Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/295

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

eut été vendue, démolie, et qu’on en eut morcelé les dépendances, les religieuses de la Visitation, dépouillées de leur ancien couvent, vinrent en prendre possession, vers 1807. Il existe, à la Grande Chartreuse de Grenoble, une vue à vol d’oiseau de notre établissement ; il serait à désirer de l’avoir dans les collections nantaises, puisqu’on y retrouve les moyens de voir le quartier de Saint-Donatien tel qu’il était à cette époque reculée.

Plusieurs noms sont à retenir, nous les avons rencontrés dans les actes de vente de terrain et nous les citons sans chercher à les dater ou les classer, c’est la tenue du Champ des Pies, c’est le Jeu de Paume non loin du Séminaire, c’est la Riveterie, le Pincé, en face le lieu dit Saint-Georges (il y avait une chapelle de ce nom sur le chemin de Carquefou) etc., nous ne citons que les noms disparus aujourd’hui.

Il y a dans cette rue, notamment dans la partie qui se rapproche de la place Louis XVI, et du côté des numéros pairs, de longues cours, très peuplées, entre autres celle dite Saint-Joseph, 70, la Cour du Chapeau-Rouge, 43, d’autres encore au 49, au 82, au 86.




Rue Sainte-Croix
Troisième arrondissement. Paroisse de Sainte-Croix.
De la place Sainte-Croix à la rue de la Juiverie.

Toute cette rue est composée de vieilles maisons dont les amateurs du passé doivent se hâter de dessiner les façades aussi curieuses que dégradées car elles sont condamnées à une destruction prochaine et complète.

On la dénommait rue Lesueur.




Petite rue Sainte-Croix
Mêmes arrondissement et paroisse.

A l’angle de la rue précédente, et en retour sur la basse grande rue, on trouve une toute petite ruelle composée de quelques immeubles sans grande importance, et qui reçut son