Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/296

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

nom, le 27 octobre 1837, en raison de sa proximité de la rue et de la place qui ont la même dénomination.




Place Sainte-Croix

L’ancienne église Saint-Saturnin se trouvait presque en face de l’église Sainte-Croix et occupait une partie de la place actuelle et du terrain compris entre la basse grande rue et la rue de la Poissonnerie : elle remonterait au VIe siècle. En 1784, elle dut être abandonnée (un procès-verbal du 24 juillet nous dit qu’on décida de procéder immédiatement à la démolition du clocher, et qu’on exercerait des poursuites contre le Général de la Paroisse), et le service fut transporté aux Carmes ; en 1791, la paroisse était définitivement supprimée et réunie à Sainte-Croix. C’est avec ses débris que cette même année on décida d’entreprendre la place actuelle, dont on ne s’occupa sérieusement qu’en 1821 et même les travaux se prolongèrent ultérieurement.

L’église Sainte-Croix (c’est l’ancienne chapelle de Conan le Tors, où le Duc Alain Fergent et les chevaliers du Comté Nantais se réunirent pour la croisade en 1096) a été modifiée à plusieurs reprises : le chœur et la plus grande partie de l’édifice, du côté de l’Orient, datent de la fin du XVIIe siècle ; la façade et la porte qui avoisine la grande entrée suivirent de près. En 1793, cette église, bâtie dans le style gothique de la dernière période, servit de club, puis on y emprisonna les Vendéens. Abandonnée au clergé schismatique en 1795, elle fut rendue aux fidèles en 1802, et le culte de N. D. de Bon-Secours, vénérée dans la chapelle de l’île Feydeau jusqu’à la Révolution, y fut transféré. En 1835, la Communauté vota des fonds pour aider la fabrique à faire disparaître les boutiques, avec étages au-dessus, appliquées à la façade ; enfin en 1840 on la restaura complètement et vingt ans après cette façade fut surmontée du beffroi municipal, en remplacement de celui du Bouffay. En 1861, la vieille cloche qui provenait du Bouffay y fut placée (cette cloche pèse un peu plus de 8.000 kilos).