Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Impasse Saint-Laurent
Deuxième arrondissement. Paroisse de Saint-Pierre.
Place Saint-Pierre.

L’église paroissiale, qui a donné son nom à la rue, était à l’extrémité S.-E., à peu près à l’emplacement où l’hôtel Marion a été construit en 1829. Elle fut rebâtie par Charles de Blois au XIVe siècle, supprimée en 1790, réunie à la nouvelle paroisse créée à la cathédrale, mise en vente en 1796, puis démolie.

On remarque dans cette rue l’immeuble, la troisième maison du côté Nord de la rue à partir de la place Saint-Pierre, sous le nom d’Archidiaconé de la Mée, logis gothique de la fin du XVe siècle, dans lequel fut installée (Guépin dit en 1412) la Psallette, ou Ecole des choristes de la Cathédrale. La maison est ornée de gracieuses sculptures et possède un bel escalier en spirale et une magnifique cheminée.

En 1830 il fut question de faire aboutir la rue au cours Saint-Pierre, il serait désirable que ce projet s’exécutât un jour. Sous la Révolution on la dénomma rue de Vincy.




Place Saint-Léonard
Troisième arrondissement. Paroisse de Saint-Pierre.
De la rue des Carmes à la rue du Port-Communeau.

Les rues Saint-Léonard et des Carmes, du moins jusqu’au XVe siècle, ne formaient qu’une seule voie, la rue de l’Echellerie, ainsi nommée parce que la Porte de l’Echellerie s’y trouvait, vers l’endroit où existait la cour Vallée, au n°1 ; plusieurs ruelles ou cours (voir aux nos 7, 11 et 23) s’y voient encore à côté. Notre rue, qui était le deuxième tronçon de cette ancienne voie, ne commençait autrefois qu’à la rue du Cheval-Blanc, ce n’est qu’en 1818 qu’elle partit de la rue de l’Ecluse.

Sous la Révolution, elle reçut le nom du Chevalier Jean-Charles de Folard, né en 1669, mort en 1751 à Avignon, puis elle reprit son nom, après l’avoir échangé contre celui de Fontenelle.