Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Ce n’est qu’en 1834 qu’il est question de faire disparaître la masse de maisons comprises entre la rue Saint-Nicolas et les deux Échelles.

Sous la Révolution on la dénomma rue Le Puget.




Rue Saint-Pasquier
Sixième arrondisement. Paroisse de Sainte-Anne.
De la place Sainte-Anne à la rue des Perrières.

Elle reçut son nom le 31 décembre 1856. Saint Pasquier était évêque de Nantes vers 660. C’est lui, d’après Travers, qui aurait bâti le monastère d’Aindre.




Boulevard Saint-Pern
Sixième arrondissement. Paroisse de Notre-Dame.
De la place du Général Mellinet à la place Canclaux.

A pris, le 27 octobre 1837, son nom de la famille qui, à la mort de M. de la Chapelle-Coquerie, avait acquis tout ce qui constituait le parc de Launay-Gadetière ; les héritiers vendirent en détail le lot qui devint leur propriété.




Cours Saint-Pierre
Deuxième arrondissement. Paroisses de Saint-Pierre et Saint-Clément.

Nous avons réservé, dans l’historique des cours, ce qui pouvait être commun aux deux : Ils eurent d’abord un nom unique, celui de cours des Etats (1760). On voulait rappeler la magnificence des Etats qui, en 1759, avaient voté une subvention de 32.000 livres à ajouter aux 57.000 déjà votées, en vue de procurer du travail aux ouvriers sans ouvrage. Sous la Révolution on désigna le premier sous le titre de cours de la Liberté, et le second sous celui de cours de la Fédération.

L’aplanissement des deux buttes ou mottes fut commencé