Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

nous le réclamerons si, sous un vain prétexte, on en demandait à nouveau la disparition.




Place du Bouffay
Troisième arrondissement. Paroisse de Sainte-Croix.
Du quai du Bouffay à la rue de la Bâclerie.

Cette place représente bien des souvenirs : c’est là que s’installent, au confluent de l’Erdre et de la Loire, les premières populations, que la puissance civile bâtit son palais, que la justice eut son lieu de séance avec sa prison et sa place pour les exécutions, que la communauté de Ville eut sa maison pour les réunions, que l’on battit monnaie, que l’on établit halle, marché et pilori.

L’ancien château du Bouffay, construit vers la fin du Xme siècle et démoli en 1848, occupait, avec la Tour du Beffroi, le vaste emplacement où l’on voit aujourd’hui des maisons, il était de forme quadrangulaire et possédait une tour à chaque angle. En 1477, il devint Palais de Justice et servit de prison jusqu’en 1831.

La Tour de l’horloge, pylogonale, à l’angle ouest de la place, datait de 1664 ; elle aussi disparut en 1848.

Le premier hôtel des Monnaies, un des plus anciens de France, était situé d’abord près des Jacobins, non loin du Château ; lorsqu’il fut transféré sur la place, on l’adossa au mur des fortifications longeant la rivière. Démoli en 1820, il fut transféré en 1824, rue Voltaire, où il fut frappé des monnaies jusqu’en 1834, certains disent 1838.

La Halle, bâtie en 1628, incendiée le 10 février 1718, fut reconstruite en 1721.

La place était autrefois plantée d’arbres et servit souvent de champ clos. On y faisait les exécutions.

Aujourd’hui, paisible, elle abrite modestement les petits marchands qui y tiennent chaque jour un marché, sous les abris que leur a fait élever la Municipalité.