Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/85

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

donné à l’Hôtel-Dieu moyennant une faible redevance. Des plans manuscrits accompagnent les procès-verbaux d’alignement qui vont de 1753 à 1777, et où se retrouvent les appellations que nous citons plus haut.




Rue Chevert
Sixième arrondissement. Paroisse de Notre-Dame.
De la rue Linnée à la rue Catinat.

Cette rue était dans un quartier, généralement peu avantagé ; des clôtures de pré, des réclamations contre les frais de pavage et de nivellement à cause du peu de valeur des propriétés riveraines, voilà le thème de toutes les pièces que nous avons rencontrées.

On l’appela rue de la Ville ; le nom qu’elle porte est celui du Général François de Chevert, né à Verdun en 1695 et mort en 1769.




Boulevard de la Chézine
Premier et cinquième arrondissements. Paroisse de Saint-Similien.
De la route de Vannes à la limite de Nantes, côté Chantenay.

Le travail des boulevards extérieurs fut commencé en 1875 et terminé en 1891. Celui-ci tire son nom de la seigneurie de Chézines, en Chantenay, vassale de la sénéchaussée de Nantes. Aveux du Domaine et Manoir de Chézines, rendus par Jean de Henleix, Jean de Machecoul, époux de Jeanne de Henleix, et Gilles de la Lande, sieur de la Clartière, de Chézines et du Pressoir. (Arch. dép. E. 390, 1460-1575).




Pont sur la Chézine

Le pont fut construit, dit Guépin, le 11 septembre 1818. Voici un acte de 1832. A Procé, au bord de coteau où coule la Chézine, qui sépare les communes de Nantes et de Chantenay, le chemin se prolonge au moyen d’un pont en pierre. Le viaduc fut achevé en 1879.