Page:Notices sur les rues de Rennes 1883.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

La cathédrale de Rennes possédait déjà une psallette en 1443, mais ce ne fut qu’en 1476 que le Chapitre acquit, pour y installer ses enfants de chœur, une maison située derrière le chevet de l’église cathédrale, dans la petite rue qui dès lors prit le nom de rue de la Psallette, qu’elle a conservé jusqu’à nos jours.

Quartier de Quineleu.

(Canton Sud-Est. Paroisse Saint-Hélier.)

Derrière la gare du chemin de fer et près de la Maison centrale.

C’est une ancienne ferme, nommée Quineleu, qui a donné son nom à ce quartier de création récente, ainsi qu’à un puits public qui était d’une grande utilité pour les habitants de la ville avant l’installation de la conduite d’eau.

Rue Rallier.

(Canton Nord-Ouest. Les numéros impairs, Paroisse Saint-Étienne. Les numéros pairs, Paroisse Saint-Aubin.)

C’est le prolongement, vers la place Saint-Michel, de la rue de Montfort et de la rue de Clisson, à partir du croisement de cette ligne avec les rues de Toulouse et de la Monnaie.

Elle fut ainsi appelée, en 1726, du nom de Toussaint-François Rallier du Baty, qui à cette époque était déjà maire de Rennes depuis trente et un ans, et qui mourut en fonctions huit années plus tard, après trente-neuf ans d’exercice des fonctions municipales.

Les maisons portant les numéros 12 à 32 sont tout ce qui reste de l’ancienne rue des Portes Saint-Michel qui conduisait autrefois de la rue Rallier à la rue Leperdit.

Faubourg de Redon.

(Canton Sud-Ouest. Les numéros impairs, Paroisse Toussaints. Les numéros pairs, Paroisse Saint-Sauveur.)

Il commence au carrefour formé par la rencontre du boulevard Sébastopol et des rues de l’Arsenal et des Trente, et aboutit à la route nationale qui conduit à Redon.