Page:O'Followell - Le corset, 1905.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
XI

clette une promenade d’une durée tout à fait exagérée, dépassant de beaucoup les limites que je lui avais fixées. Cette crise douloureuse calmée par un traitement convenable, je permis et prescrivis même à nouveau les promenades à bicyclette ; depuis, l’usage modéré de celle-ci n’a provoqué aucun accident.

Vous le voyez, là ou l’usage avait apporté la santé, l’abus reproduisait la maladie. Il en est de même du corset. Et je répète que si l’emploi en est utile, l’abus peut produire dans l’organisme féminin de graves désordres.

Pour démontrer ces deux affirmations, j’étudierai ce qu'a été le corset, ce qu’il est, ce qu’il doit être.

Je ferai donc dans la première partie de cet ouvrage l’historique du corset ; dans la deuxième partie, j’examinerai, après avoir soigneusement discuté ce qu’il y a de vrai ou de faux dans les méfaits reprochés au corset, quelles sont, au point de vue de l’hygiène et de la médecine, les règles à suivre pour fabriquer un corset qui, tout en restant élégant, ne soit pas dangereux pour l’organisme féminin.

Corset &amp ; Rose