Page:O'Followell - Le corset, 1905.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

35

soie crépelée, si élastique, si souple, que la tension sur les seins faisaient disparaître la gaufrure de l’étoffe. Les femmes, dit Dulaure, s’appliquaient à montrer qu’elles étaient en « bon poinct ».

Dans son ouvrage des Costumes Français, Herbe dit que sous Charlemagne la robe des femmes était si collante que non seulement les côtes, les seins se dessinaient à travers ce vêtement, mais encore l’ombilic.

Fig. 19. — Haregonde, femme de Clotaire Ier.

Dans le Lai de Lanval, poésie de Marie de France (XIIIe siècle), on trouve confirmation de ces détails de toilette :

Unques n’eut veues si bêles
Vestues, furent richement,
Et laciées estreitement
De deux bliauts (robes) de purpre bis.

Ainsi que dans le Lai de Gugemer, du même auteur ;

Il la retint entre ses bras,
De son bliaut trança les laz,
Sa ceinture voleil ovrir.