Page:O'Followell - Le corset, 1905.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Les femmes étaient tellement guindées dans ces basquines, et l’aspect de la vertugale était tellement bizarre et ridicule, que bon nombre de poètes exercèrent leur verve contre la nouvelle mode.

Dans une satire intitulée : Blason des basquines et vertugales, avec la remontrance qu’ont faict quelques dames quand on leur a montré qu’il n’en fallait plus porter, l’auteur écrit :

…Ô la gente mutine !
Qu’elle a une belle basquine !
............
Que vous servent ces vertugalles
Sinon engendrer des scandalles ?
Quel bien apportent vos basquines
Fors de lubricité les signes ?
............
Laissez ces vilaines basquines
Qui vous font laides comme quines (singes)
Vestez-vous comme prudes femmes
Sans plus porter ces buscqs infâmes.

« Des prédicateurs même protestèrent dans leurs sermons contre les exagérations de la mode. L’un d’eux parlant de ces « bricoles infâmes » dit en chaire, s’adressant à la reine et à la cour : « les femmes qui les revêtent portent le diable en croupe. » Charles IX combattit violemment la basquine, il essaya même de la supprimer par des ordonnances, mais ne put y parvenir. Basquines et vertugales eurent cependant leurs défenseurs, témoins ces vers d’une chanson de l’époque :

La vertugalle nous aurons,
Malgré eulx et leur faulse envie,
Et le busqué au sein nous porterons,
N’esse-ce pas usance jolye ?

Avec la basquine fut introduit en France le busc déjà connu depuis la plus haute antiquité, puisque, un poète comique du IVe siècle avant notre ère, Alexis d’Athènes, oncle de Ménandre, en parle comme il suit dans un des rares fragments de ses ouvrages qui nous soient parvenus : « Les courtisanes prennent à leur charge des jeunes filles qui connaissent à peine les éléments du métier et déguisent aussitôt leurs formes au point de les rendre méconnaissables. Une jeune fille est-elle petite, sa stature est aussitôt exhaussée au moyen d’une semelle de liège. Est-elle trop grande, elle porte des sandales minces et marche la tête inclinée sur une épaule…

A-t-elle peu de hanches, on lui en met des fausses qui la font passer aux yeux de tous pour callipyge. Son ventre est-il trop gros, au sein postiche, qu’elle se met, comme les acteurs de la comédie, on adapte des supports droits qui le