Page:O'Followell - Le corset, 1905.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


resserrent et le repoussent en arrière. A-t-elle les sourcils roux, on les lui teint avec du noir de fumée, etc... »

Les homimes portaient aussi des buses dans quelques cir constances. Aristophane, dans une scène de sa comédie Les Oiseaux, fait allusion par l'épithète de « l'homme au tilleul », d'après l'explication du grammairien Athénée, à une planchette en bois de tilleul que Cinésias, poète dithyrambique d'Athènes, très grand et très mince, mettait sous sa ceinture pour se soutenir le tronc et l'empêcher de se

Fig. 36. — Dame du XVIe siècle portant au devant de son corsage un buse apparent.

fléchir en avant. L'Empereur Antonin courbé par l'âge et par sa haute stature, avait recours à ce même moyen, au rapport de son biographe Gapitolinus : « Cum esset longus et senex, incurvareturque, tiliaceis tabulis in pectore positis fasciabitur, ut reclus incederet. »

Les buses, on le voit, ne sont pas d'invention moderne, ils ont seulement subi, suivant les époques, des modifications dans leur forme, dans 'leur fabrication, dans leur ornementation.