Page:O'Followell - Le corset, 1905.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

65

d'apporter, et aussi au raccourcissement de la manche ne dépassant plus le coude et laissant l'avant-bras couvert seulement de fines lingeries ; enfin, cette figure porte visiblement celle des parures inventées par Catherine de Médicis, dès le commencement de son séjour en France, qui devait avoir tant d'avenir : le corset « espèce de gaîne, dit Montaigne, qui emboîtait la poitrine depuis le dessous des seins jusqu'au défaut des côtes et qui finissait en pointe sur le ventre » Ce corset en fil de laiton avait, dit Quicherat, la forme d'un entonnoir ; on mettait un buse de baleine sur le devant et il était rembourré.

Fig. 40. — Marie Stuart, reine de France

Du recueil de Gaignères j'extrais les portraits de Mlle de Limeuil, fille d'honneur de Catherine de Médicis, et celui de Marie-Stuart, reine de France, (1542-1587) qui épousa en 1588 François II ; les costumes qu'elles portent sont du modèle de celui de la Duchesse d'Etampes.

« Faisons remarquer en passant que Mlle de Limeuil tient à la main un cordon, un chapelet, pendu à sa ceinture et qu'on appelait patenôtre. « Cette attitude était