Page:O'Followell - Le corset, 1905.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

83

dame, en un mot, n'est pas troussée ; elle ne porte pas de tâtez-y entre les seins. Son corsage à basques est la gourgandine définie par Boursault, dans la scène XV de sa comédie des « Mots à la Mode »...

Fig. 60. — Dame de qualité en déshabillé.
...un riche corset,
Entrouvert par devant à l'aide d'un lacet,
...il rend la taille et moins belle et moins fine.
. . . . . . . . . . .
Un beau nœud de brillants dont le sein est saisi
S'appelle un boute-en-train ou bien un tatez-y.

C'est sous Louis XIV que réapparaissent les robes fermées, justes-au-corps. Le juste-au-corps est une sorte de corsage finissant en pointe, bombé à partir du creux de l'estomac au moyen de baleines et cambré par un buse sur le ventre.

L'usage du corset est à cette époque encore affirmé par une lettre de Mme de Sévigné, qui écrit le 6 mai 1676 :