Page:O'Followell - Le corset, 1905.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le ravissant tableau : L'essai du corset, par P.-A. Wille 1798-1815 est aussi un gracieux démenti aux vers qui précèdent.

Un portrait peint par Nattier et reproduit ici, constitue aussi un document des plus intéressants de cette époque, 1720 à 1725.

75. — Corset fantaisie italienne

« La coiffure est un véritable caprice, mais la robe d'un satin uni, sans garniture, est de coupure historique ; ainsi que la fine collerette et l'ouverture de la robe où la rigueur du corset est dissimulée sous la lingerie sans apprêt ».

Le port du corset était de rigueur non seulement pour les femmes adultes, mais aussi pour les enfants. C'est ainsi que sur une des gravures que Lépicié et Lebas ont exécutées d'après les tableaux de Chardin, nous voyons une toute jeune fille « vêtue d'une fausse robe à queue, dont le corps ou corsage consiste en un appareil en forme de gaine qu'un antique usage avait consacré comme une chose indispensable pour empêcher la taille de se gâter dans le jeune âge. »

En 1759, le sieur Doffémont, maître et marchand tailleur de corps,publie un Avis très important au public sur différentes espèces de corps et de bottines de nouvelle invention il nomme modestement son corset : corps de santé.