Page:O'Followell - Le corset, 1905.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

97

maintiennent la taille dans son état naturel et soutiennent l’estomach, la poitrine, le ventre et les reins dans un état si parfait, qu’aucune partie ne se trouve gênée, pas même du dessous ou du devant des bras.

Reisser, l’aîné, le « tailleur pour femmes », établi à Lyon, publia, en 1770, L’avis important au sexe ou Essai sur les corps baleinés pour former et conserver la taille aux jeunes personnes.

Fig. 80. — Robe anglaise avec une haute calèche de soie rayée (1778)

Il répond avec adresse aux critiques des philosophes et des médecins de l’époque en faisant l’éloge non pas du corset, mais de son corset qui, dit-il, ne présente que des avantages.

Le corset était donc plus que jamais à la mode, il semble, cependant, qu’il y eût, à cette époque, une diffé-rence entre le corps à baleine et le corset. C’est ainsi qu’à propos de la tenue exigée, pour être présentée à la Cour et dont une femme devait respecter le protocole, on lit dans un ouvrage daté de 1773 « le jour qu’une dame est présentée à la Cour, son corps, ses bas, sa robe et son jupon doivent être noirs, mais tous les agréments sont en dentelle à