Page:ONU - Résolutions et décisions du conseil de sécurité, 1946.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des opinions exprimées par les représentants des membres du Conseil ci-après : Etats-Unis d’Amérique, France, Chine, Australie, Pologne, Pays-Bas, Egypte et Brésil, relativement à la question de la présence des troupes britanniques en Grèce, telles que ces déclarations et opinions sont rapportées dans les actes du Conseil, et considérer ensuite la question comme close.”




B. TELEGRAMME ADRESSE PAR LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE SOCIALISTE SOVIETIQUE D’UKRAINE AU SECRETAIRE GENERAL, EN DATE DU 24 AOUT 1946[1]


Décisions
A sa 60ème séance, le 4 septembre 1946, le Conseil a décidé d’inviter les représentants de la République socialiste soviétique d’Ukraine et de la Grèce à participer, sans droit de vote, à la discussion de la question.


A sa 64ème séance, le 9 septembre 1946, le Conseil a décidé d’inviter le représentant de l’Albanie à prendre place à la table du Conseil pour faire un exposé des faits.
Adoptée par 9 voix contre une (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord), avec une abstention (Australie).



A sa 70ème séance, le 20 septembre 1946, le Conseil a accepté la déclaration suivante faite par le Président (Union des Républiques socialistes soviétiques) :
“Puisque le quatrième point de mon projet de résolution ainsi que la résolution de la Pologne ont été repoussés, il n’est pas nécessaire de mettre aux voix la proposition du maintien de l’affaire à l’ordre du jour ou de sa suppression. De plus, puisque le Conseil de sécurité n’a pas été saisi de propositions sur le fond de la question, en dehors de celles qui ont déjà fait l’objet de votes, il est prêt à passer à l’affaire suivante inscrite à l’ordre du jour.”





  1. Procès-verbaux officiels du Conseil de sécurité, première année, seconde série, Supplément No 5, annexe 8.