Page:Octave Mirbeau Les Mémoires de mon ami 1920.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ma mère ne put pas achever, tant elle était émue. Et il y avait dans ses petits yeux noirs une flamme étrange, une flamme qui me fit presque pleurer. Et, tout à coup :

— Non ! criai-je. Je ne veux pas !

Et je me mis à fondre en larmes. Monsieur Narcisse essaya de me calmer, et j’entendis ma mère qui disait :

— Laissez-le donc ! Monsieur Narcisse ! Vous n’en tirerez rien ! Naturellement, il ne veut rien faire pour sa famille. Il aime mieux rester une bête toute sa vie ou que sa famille dépense des mille et des cent pour son éducation.

Enfin, malgré ma résistance qui avait d’ailleurs faibli sous les regards sévères de ma mère, il fut décidé que Monsieur Narcisse serait mon professeur, qu’il m’apprendrait le grec, le latin, l’histoire et la tenue des livres – la tenue des livres, surtout !

Une fois qu’il fut parti, ma mère me flanqua, d’abord, une gifle, puis une autre, puis une autre, et elle me dit, blanche de colère :

— Ah ! je t’apprendrai à pleurer et à faire la bête, devant Monsieur Narcisse ! Et que je te voie le regarder de travers, et le mal recevoir ! Tu auras à faire à moi, petit imbécile…

Et elle ajouta :

— Tu me feras le plaisir d’être levé et prêt, demain, à sept heures, pour ta première leçon. Un professeur comme ça…

Il fut, en effet, mon professeur, Monsieur Narcisse. Et vous allez voir de quelle manière, et ce qu’il m’enseigna.

Ma chambre communiquait avec celle de mes parents, et n’était séparée de celle-ci que par une mince cloison de briques. Un lit de fer, une petite table de bois blanc, deux chaises de paille en composaient le mobilier.

Je n’habitais cette chambre que depuis deux ans à peine. Autrefois, elle servait de débarras. Moi, je couchais dans la chambre de mes parents, qui était bien plus belle, car il y avait un lit, d’amples rideaux en reps grenat ; une peau de renard, un peu chauve et bordée de drap rouge, en guise de tapis ; une toilette d’acajou qui, dans la journée, faisait office de commode, et, sur la cheminée, entre deux flambeaux de bronze, une pendule dorée sous un globe. J’en