Page:Oligny - Le Talisman du pharaon, 1929.djvu/128

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XXVI

LE TALISMAN DU PHARAON


Les flots du Nil avaient englouti la pauvre Yvaine. Mais l’instinct de la conservation agit en elle, et, reprenant brusquement courage, saisie aussi d’un espoir fou, elle se mit à nager.

Son jeune corps fendait aisément les eaux du large fleuve, et son espoir devenait plus grand, à mesure qu’elle avançait.

Elle avait craint un moment d’apercevoir la figure haineuse d’Ahmed, mais elle se rendit compte que la rive du fleuve était absolument déserte, et de son âme fervente, une action de grâces sincère jaillit.

Elle était presque au quart de la largeur du Nil quand, soudain, il lui sembla entendre l’eau clapoter.

Inquiète, elle tourna la tête et, horrifiée aperçut un énorme crocodile qui se dirigeait vers elle.

De tous les êtres animés, il n’en est pas qui