Page:Oligny - Le Talisman du pharaon, 1929.djvu/61

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
61
LE TALISMAN DU PHARAON

La caravane s’arrêta à quelque distance de Gisèh, et le camp fut établi.

Du seuil de sa tente, l’explorateur regardait ce paysage unique au monde : les trois grandes pyramides, ces monuments millénaires élevés sous les Pharaons et que l’antiquité classait parmi les Merveilles du Monde, et le Grand Sphynx, ce colosse, plus âgé encore que les Pyramides, puisqu’il existait déjà du temps de Chéops.

Et M. de Kervaleck pensait à tout ce merveilleux passé, à tous ces Rois magnifiques, ensevelis jadis, par leurs survivants, dans des conditions telles qu’ils devaient se conserver à tout jamais pour que, leur corps n’étant jamais réduit en poussière, leur « double » soit sauvé de la seconde mort.

Il pensait, devant l’imposante silhouette de la Pyramide, à Mykérinos qui fut enlevé par Vyse et qui sombra sur la côte d’Espagne avec le bateau qui le transportait en Angleterre.

Chéphren, qui gouverna l’Égypte pendant vingt-trois ans, Chéops, qui fut vingt-quatre ans roi, avaient laissé des monuments dignes d’eux et de leur splendeur, et l’archéologue admirait de toute son âme ces magnifiques vestiges d’une civilisation disparue.