Page:Olympe de Gouges - Le Cri du sage.pdf/2

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Oui, Meſſieurs, votre diſcorde va non-ſeulement jetter le feu dans les quatre coins de la France, mais ſoulever nos ennemis, les encourager contre nous, & nous perdre par votre faute ; puiſſiez-vous lire avec attention la Lettre au Peuple, les Remarques patriotiques & ſurtout le Bonheur primitif de l’homme, & parcourir les Chapitres avec autant de rapidité que je ſuis arrivé au Regne de Louis XVI, & vous rappeler que malgré cette précipitation, on peut s’arrêter, & refléchir ſur quelques paſſages qui offrent des obſervations auſſi utiles que ſalutaires.

Depuis long-tems j’obſerve les hommes ; j’ai été forcée de reconnoître que la plupart ont le cœur flétri, l’ame abjecte, l’eſprit énervé & le génie malfaiteur.

Peut-on ſans rougir ſe déclarer homme aujourd’hui & ſe croire ſupérieur à nos ſages ancêtres, à ces nobles Chevaliers François qui défendoient à la fois la Patrie & les Dames.