Page:Orain - Au pays de Rennes.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
44
AU PAYS DE RENNES

Après cela nous ferons en sorte de découvrir le tombeau de d’Argentré dans l’église Saint-Germain, et nous passerons en revue les divers monuments situés dans la partie Sud-Est de la ville.


LA MOTTE


Sous la féodalité, on élevait près des châteaux et des manoirs des seigneurs, des buttes de terre ou mottes, comme indice et marque de la puissance seigneuriale. Une éminence de ce genre se trouvait anciennement comprise dans l’enceinte de l’abbaye de Saint Georges.

En 1420, Jean V, duc de Bretagne, ayant fait procéder à l’exécution des travaux de la seconde enceinte de la ville de Rennes, la Motte à Madame, comme on l’appelait en souvenir de la haute juridiction de l’abbesse de Saint-Georges, resta en dehors de cette enceinte.

En 1785, la Motte fut entourée d’une murette et en 1789, l’architecte Abeille dressa un plan de création de promenade sur cet emplacement. Une terrasse inférieure, dite Petite Motte, à laquelle on accédait par un escalier, fut ajoutée à la promenade. Cette dernière partie disparut en 1825, lors de l’ouverture de la rue Charles X (rue Victor Hugo), et fut remplacée par l’escalier monumental descendant à la rue de Paris.