Page:Orsier - Henri Cornelius Agrippa.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

De cette union naquirent six enfants, dont l’aîné fut Haymon, né à Genève en 1522, filleul de l’official Eustache Chapuys[1], qui devint bientôt ambassadeur de Charles-Quint auprès d’Henri VIII, et qui ne cessa jamais d’entretenir une active correspondance avec Agrippa[2]. Après un séjour à Genève de 18 à 20 mois, celui-ci part pour Fribourg au début de l’année 1523, où il ne fera guère qu’un passage d’une année comme médecin de la ville, aux gages de 127 livres par an, un muid de froment, un char de vin de Lavaux, et la concession gratuite d’une spatieuse habitation[3].

Pourquoi Agrippa avait-il quitté Genève ? Il y avait séjourné dans l’espoir que le duc de Savoie exécuterait les promesses de pension qu’il lui avait faites. À cet effet, il avait mis en campagne ses plus puissants amis, entr’autres Eustache Chapuys, official de l’Evêque Jean-Louis II de Savoie, l’abbé de Bonmont, ancien évêque de Genève, et le prince de Lucinge, qui s’employèrent très activement à la réalisation de ses espérances. Mais tous leurs efforts échouèrent contre la froideur systématique du Chancelier ducal qui ne voulait pas entendre parler d’Agrippa, prévenu sans doute qu’il était contre lui par des ennemis dus aux soubresauts de son caractère et à sa plume acerbe. D’ailleurs il est peu facile de démêler les fils de cette intrigue de cour, et l’on est obligé de suivre Agrippa à Fribourg, où il arrive brusquement, et il n’indique nulle part comment il a quitté Genève, ni par qui il y a été appelé. À Fribourg, Agrippa, qui a laissé à Genève son fils Haymon aux soins d’Eustache Chapuys, exerce la médecine et vit avec sa femme dans une grande aisance. Il n’est plus question de querelles religieuses et le bonheur dont il jouit semble avoir singulièrement adouci l’humeur querelleuse de l’ancien capitaine de Maximilien et de l’aventurier des Pyrénées. Tout entier à sa femme, à ses amis et à son art, il est dans une ère d’apaisement, sans délaisser pour cela le grand œuvre.

Les adeptes des sciences occultes lui écrivent de toutes parts comme à un maître ou à un génie ayant seul le mot de la chose et le clergé fournit beaucoup de magiciens à l’école d’Agrippa. Ses lettres et les pages de sa Philosophie occulte, copiées par les uns et

  1. Official de l’évêché de Genève jusqu’en 1523, puis Conseiller du duc de Savoie, ensuite Maître des requêtes de l’Hostel de l’Empereur en 1527, et enfin son ambassadeur en Angleterre de 1529 à 1546. Il fut parrain du petit Haymon Agrippa. Après Haymon, naquirent Henri en 1524 et Jean en 1525.
  2. La correspondance entre Chapuys et Agrippa comprend 15 lettres publiées dans les Epist. fam., III, 21, 28, 38, 39, 49, 58, 63, 68, 74, 76, 78 ; VI, 19, 20, 29, 33.
  3. Les Archives de Fribourg, années 1523-24, possèdent encore les comptes des trésoriers, où l’on voit figurer Agrippa. Voir aussi Manual du Conseil, n° 40.