Page:Ory - Les procédés industriels des Japonais, l'arbre à laque.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


laque de montagne, aussi personne ne songe à en faire la récolte.

Au Japon, les provinces où on trouve la laque sont nombreuses ; cet arbre abonde dans les provinces de l’est et est très-rare dans celles de l’ouest.

Les endroits les plus renommés sont : la province de Yeti-zen, Yosino dans le Yamato, Ai-du, Ywasiro, Yone-zawa, Mogami, Yama-gata dans le U-Zen, Nan-bu dans le Ku-tyu, Fuku-oka dans le Mutu…

Les habitants de la province de Yeti-zen sont ceux qui jouissent de la meilleure réputation pour la culture de l’arbre à laque ; ils se livrent, du reste, depuis fort longtemps, à ce métier. Leur réputation était tellement bien établie, que, de tout temps jusqu’à ces dernières années, on ne pouvait se passer des ouvriers de cette province pour faire une bonne récolte.

Yosino est l’endroit qui produit la meilleure qualité de laque ; à Nosi-ro où l’on fabrique des objets en laque appelés sum-kei, on n’emploie que de la laque recueillie dans le pays même. La laque d’Ugo conservée pendant trois ans, est inférieure à celle de Yosino employée dans l’année où elle a été recueillie.

Le cours de la laque est très-variable, il dépend de la qualité, et de la récolte de l’année. On a ordinairement, pour un yen[1], de 350 à 600 [2].

  1. Le yen est une pièce de monnaie qui vaut environ 5 francs ; il a la même valeur que le dollar.
  2. Le ou mon-mé est un poids qui équivaut à 1,75 g de notre système de poids et mesures.