Page:Ovide - Œuvres complètes, Nisard, 1850.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


déposée aux pieds des dieux de la patrie. Les jeunes épouses y apportent les dons de la reconnaissance, pour le salut de leurs maris, et ceux-ci chantent les destins de Troie vaincus par les leurs. Les vieillards expérimentés et les jeunes filles tremblantes les admirent. L’épouse est suspendue aux lèvres de son époux qui parle[1]. Quelques-uns retracent sur une table l’image des combats affreux, et, dans quelques gouttes de vin, figurent Pergame tout entière : "Là coule le Simoïs. Ici est le promontoire de Sigée. C’est là que s’élevait le superbe palais du vieux Priam. C’est ici que campait le fils d’Éaque, ici Ulysse. Plus loin Hector défiguré effraya les chevaux qui le traînaient." Le vieux Nestor avait tout raconté à ton fils, envoyé à ta recherche, et ton fils me l’avait redit. Il me dit encore Rhésus et Dolon égorgés par le fer, comment l’un fut trahi dans les bras du sommeil, l’autre par une ruse. Tu as osé, beaucoup trop oublieux des tiens, pénétrer la nuit, par la fraude, dans le camp des Thraces, et, secondé par un seul guerrier, en immoler un grand nombre à la fois. Était-ce là de la prudence ? Était-ce se souvenir de moi ? La crainte a fait battre mon sein jusqu’à ce qu’on m’eût dit que, vainqueur, tu avais traversé des bataillons amis sur les coursiers d’Ismare.

Mais que me sert qu’Ilion ait été renversée par vos bras, et que ses antiques remparts soient au niveau du sol, si je reste ce que j’étais lorsque Troie résistait à vos armes, si l’absence de mon époux ne doit point avoir de terme ? Détruite pour les autres, pour moi seule Pergame est encore debout, et cependant des bœufs captifs y promènent la charrue d’un étranger vainqueur. Déjà croît la moisson dans les champs où fut Troie, et la terre, engraissée du sang phrygien, offre au tranchant de la faux une riche culture. Le soc recourbé heurte les ossements à demi ensevelis des guerriers. L’herbe couvre les maisons ruinées. Vainqueur, tu restes absent, et je ne puis apprendre ni la cause de ce retard ni dans quel lieu du monde tu te caches, insensible à mes larmes. Quiconque dirige vers ces rivages sa poupe étrangère, ne s’en éloigne qu’après que je l’ai pressé de nombreuses questions sur ta destinée. Je confie à ses mains un écrit tracé de la mienne, et qu’il doit te remettre, si toutefois il parvient à te voir quelque part. Nous avons envoyé à Pylos, où règne le fils de Nélée, le vieux Nestor[2]. Des nouvelles incertaines nous ont été rapportées de Pylos. Nous avons envoyé à Sparte. Sparte ignore aussi la vérité. Quelle terre habites-tu, et en quel lieu prolonges-tu ton absence ? J’aurais gagné davantage à ce que les remparts de Troie subsistassent encore (hélas ! inconséquente, je m’irrite contre mes propres vœux !). Je saurais où tu combats, je ne craindrais que la guerre, et ma crainte serait commune à beaucoup d’autres. Je ne sais ce que je crains. Cependant je crains

  1. Horace a exprimé la même idée d’une manière non moins pittoresque. Densum humeris bibit aure vulgus. (L. II., Od. 13, v. 52.)
  2. Névius (Nuits attiques) appelle Nestor Triseclis senex et Horace (Od.) Ter aevo functus, parce qu’il avait vécu, dit Homère, trois générations d’hommes.