Page:Ovide - Œuvres complètes, Nisard, 1850.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais n’ai-je pas, dans mon délire, réparé ta poupe brisée, raffermi la carène qui devait t’aider à m’abandonner ! Je t’ai donné des rameurs pour servir ta fuite. Je souffre, hélas ! des blessures que mes traits ont faites. J’ai cru aux douces paroles dont ta bouche est prodigue. J’ai cru à ta naissance et aux dieux dont tu descends[1]. J’ai cru à tes larmes. Ont-elles donc aussi appris à feindre ? Sont-elles aussi capables d’artifice, et coulent-elles au gré de ta volonté ? J’ai cru encore aux dieux que tu attestais. Que m’ont servi tant de promesses ? Une seule eût suffi pour me séduire. Non, je ne regrette pas de t’avoir ouvert un port et un asile. Ce devait être le plus grand de mes bienfaits. Je me repens, je rougis d’avoir mis le comble au bienfait de l’hospitalité en t’associant à ma couche, et d’avoir pressé mon sein contre ton sein. Que ne fut-elle la dernière, la nuit qui précéda celle-là ! Phyllis pourrait mourir innocente. J’espérais mieux, parce que je croyais avoir mieux mérité. Toute espérance qui naît du mérite est légitime.

C’est une bien faible gloire que de tromper une jeune fille crédule. Ma candeur était digne de récompense. Tes paroles n’ont abusé qu’une amante et qu’une femme. Fassent les dieux que ce soit là le dernier de tes exploits ! Qu’une statue te soit érigée parmi les Égides, au milieu de la ville ! Qu’on voie en face celle de ton père avec ses titres pompeux ! Quand on aura lu les noms de Sciron, du farouche Procuste, de Sinis et du monstre à la double forme de taureau et d’homme, celui de Thèbes conquise par ses armes, des centaures défaits par son bras, du sombre empire du noir Pluton forcé par sa valeur, que ton image, après les leurs, soit consacrée par cette inscription : Ici est celui qui eut recours à la ruse pour séduire l’amante dont il fut l’hôte. De tant de hauts faits et d’exploits de ton père, ton esprit ne s’est arrêté que sur cette femme de Crète qu’il abandonna. La seule action qu’il se reproche est la seule que tu admires en lui. Perfide ! De l’héritage de ton père tu ne veux pour toi que la fraude. Quant à elle, et je ne lui porte pas envie, elle possède un époux meilleur, et s’assied avec orgueil sur un char tiré par des tigres domptés[2]. Les Thraces, que je dédaignais, fuient aujourd’hui mon alliance, parce qu’on me reproche d’avoir préféré aux miens un étranger. « Qu’elle aille, maintenant, dit-on, dans la docte Athènes. Un autre se trouvera pour gouverner la Thrace belliqueuse. L’événement, ajoute-t-on, justifie l’entreprise. » Ah ! Puisse le succès manquer à quiconque veut qu’on juge une action par l’issue qu’elle a ! Si nos mers blanchissent sous les coups de ta rame, alors on dira que je fus bien inspirée pour moi, pour les miens. Mais je ne l’ai pas été. Mon

  1. Virgile met aussi ce vers dans la bouche de Didon : Credo equidem, nec vana fides, genus esse deorum. (Aen., IV, 12.)
  2. On représentait le char de Bacchus traîné par des tigres, pour figurer l’empire qu’exerce le vin sur l’homme.