Page:Ovide - Œuvres complètes, Nisard, 1850.djvu/365

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
337
les métamorphoses

le gage de notre tendresse et l’objet commun de notre sollicitude ; mais s’il faut donner aux choses leur véritable nom, ce rapt n’est pas un outrage ; il est le crime de l’Amour. Nous n’aurons pas à rougir d’un tel gendre, si tu consens à cet hymen, ô déesse ! Sans parler de ses autres titres, n’est-ce pas assez pour lui d’être le frère de Jupiter ? Que lui manque-t-il ? Il ne le cède qu’à moi, et c’est le sort qui l’a voulu. Cependant, si tu as vivement à cœur d’arracher Proserpine de ses bras, elle rentrera dans l’empire céleste, pourvu qu’aux enfers elle n’ait touché de ses lèvres aucun aliment : tel est l’arrêt des Parques ».

Il dit, et Cérès a résolu de rappeler sa fille sur la terre ; mais les destins s’opposent à ses vœux : Proserpine avait enfreint la loi qui lui prescrivait l’abstinence. Errant dans les jardins de Pluton, la jeune déesse, avec toute la simplicité de son âge, cueillit sur un arbre qui pliait sous les fruits une grenade, dont ses lèvres pressèrent sept grains tirés de leur pâle écorce. Ascalaphe seul la vit, Ascalaphe qu’une des nymphes les plus célèbres de l’Averne, Orphné, aimée de l’Achéron, enfanta, dit-on, dans un antre obscur. Il la vit ; et, par une cruelle révélation, il empêcha son retour. La reine de l’Erèbe gémit, change ce témoin indiscret en un oiseau sinistre ; et sur sa tête, arrosée des eaux du Phlégéton, elle fait naître un bec, des plumes et de grands yeux. Dépouillé de sa première forme, il s’enveloppe d’ailes jaunâtres ; sa tête grossit ; ses ongles s’allongent et se recourbent. Il peut à peine agiter les plumes nées sur ses bras engourdis : il n’est plus qu’un oiseau hideux, messager de deuil et de larmes, un morne hibou, qui n’apporte que de funestes présages.

La métamorphose d’Ascalaphe peut du moins paraître la peine de ses indiscrètes révélations ; mais vous, filles d’Achéloüs, d’où vous viennent, avec un visage de vierge, ces ailes et ces pieds d’oiseaux ? Serait-ce qu’au moment où Proserpine cueillait les fleurs du printemps, vous étiez au nombre de ses compagnes, ô Syrènes ? Après l’avoir vainement cherchée sur toute la terre, emportées sur la mer par votre sollicitude, vous souhaitiez de pouvoir vous soutenir à la surface des flots avec des ailes ainsi qu’avec des rames. Les dieux se montrèrent faciles à vos prières : vous vîtes soudain votre corps se revêtir d’un plumage doré ; et, pour conserver ces chants dont la mélodie charme l’oreille, pour conserver les trésors de votre voix, les dieux vous laissèrent vos traits de vierges et le langage des humains.

Arbitre entre son frère et sa sœur infortunée, Jupiter divise l’année en deux portions égales, et ordonne que Proserpine, prenant place tour à tour parmi les divinités des deux empires, passera six mois auprès de sa mère et six mois auprès de son époux. Le calme renaît aussitôt dans le cœur et sur le visage de Cérès : son front, qui naguère eût pu paraître