Page:Ovide - Œuvres complètes, Nisard, 1850.djvu/403

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
375
les métamorphoses

chanceler. « Me voici ! m’écriai-je ; j’avais pris un masque, et, sous les dehors d’un adultère, se cachait le véritable époux. Perfide ! tu m’as rendu moi-même témoin de ta trahison ». Elle ne répondit rien ; mais, accablée de honte, elle fuit en silence un injuste époux, et la demeure complice de sa perfidie. Enveloppant tous les hommes dans la haine que je lui inspire, elle erre sur les montagnes, et se livre aux exercices de Diane. Dans mon abandon, je sentis un feu plus violent circuler dans mes veines ; j’implorais mon pardon, j’avouais ma faute et confessais que l’offre de tant de trésors m’eût fait moi-même succomber. Cet aveu venge sa pudeur outragée : elle m’est rendue, et nos années s’écoulent doucement au sein de la concorde. Et comme si c’eût été trop peu de se donner elle-même, elle me fait présent d’un chien que la déesse adorée sur le Cynthe lui avait donné, en disant : « Il surpassera tous les autres à la course ». Elle ajouta à ce don le javelot que vous voyez dans mes mains.

Vous désirez connaître quel fut le sort de ce nouveau présent ? Ecoutez : vous serez étonné de ce prodige. Le fils de Laïus avait résolu, par sa sagacité, des énigmes impénétrables avant lui, et renonçant à proposer ses oracles obscurs, le monstre prophétique s’était précipité sur la terre où il gisait étendu. La bienfaisante Thémis ne laissa point sa mort impunie : tout à coup, au sein de l’Aonie, elle déchaîne sur Thèbes un autre fléau, un monstre qui fait trembler tous les habitants des campagnes pour leurs jours et pour leurs troupeaux ; la jeunesse des environs accourt, et nous enveloppons la vaste plaine de nos filets ; mais le monstre agile les franchit d’un bond léger et s’élance au delà de nos toiles déployées. On détache les chiens, mais il échappe à leur poursuite, et les évite avec la rapidité de l’oiseau. On me demande Lélaps à grands cris (c’est le nom du chien que Procris m’avait donné) ; déjà, luttant contre ses liens, il cherchait à les briser et les tendait encore sur son cou enchaîné. À peine libre, il s’élance, et nous ne savons plus ce qu’il est devenu ; la poussière porte la trace brûlante de ses pas, mais il se dérobe à nos yeux ; le javelot n’est pas plus rapide, le plomb n’échappe pas avec plus de vitesse à la fronde balancée dans les airs, ni la flèche légère à la corde de l’arc crétois. Au milieu d’une plaine, s’élève un tertre qui la domine ; j’y monte, et de là j’admire cette course merveilleuse. Le monstre paraît tantôt se laisser atteindre et tantôt se dérober aux morsures ; trop rusé pour suivre une ligne droite en fuyant dans la plaine, il tourne sur lui-même et trompe ainsi l’impétuosité de son ennemi. Lélaps le presse et le suit pas à pas ; il semble le tenir, mais il ne le tient pas ; sa gueule s’agite dans le vide et ne mord que du vent. J’ai recours à mon javelot, et tandis que ma main le balance, et qu’elle