Page:Ovide - Œuvres complètes, Nisard, 1850.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tu livreras tes voiles à leur souffle. Maintenant l’algue légère arrête le vaisseau déjà lancé. Confie-moi le soin d’observer le temps, tu t’éloigneras en sûreté, et, quand tu le désirerais toi-même, je ne souffrirai pas que tu restes. D’ailleurs tes compagnons réclament du repos, la flotte endommagée et à peine réparée exige quelques délais. Pour prix de mes services et de ceux que je puis te rendre encore, par l’espoir de notre hymen, je demande un peu de temps. Attends que les flots aient perdu de leur courroux, l’amour de sa violence, et que j’aie appris à supporter courageusement le malheur.

Sinon, j’ai résolu de renoncer à la vie. Tu ne peux être longtemps encore cruel envers moi. Que n’as-tu devant les yeux la triste image de celle qui t’écrit. Je t’écris, et l’épée troyenne est près de mon sein. Des larmes coulent de mes joues sur cette épée nue, qui bientôt, au lieu de larmes, sera trempée de sang. Que ton présent convient bien à ma destinée, et que le tombeau que tu m’élèves t’aura peu coûté ! Ce n’est pas le premier trait qui perce mon sein. Le cruel Amour y a déjà fait une blessure. Anne ma sœur, ma sœur Anne, toi, hélas ! la confidente de ma faute, tu vas bientôt offrir à ma cendre les dons suprêmes. Quand le feu du bûcher m’aura consumée, on ne gravera pas sur ma tombe le nom d’Élise, épouse de Sichée. Mais on lira cette inscription sur le marbre funéraire : "Énée, l’auteur de son trépas, en fournit aussi l’instrument. Didon périt frappée de sa propre main."


HERMIONE À ORESTE

Hermione adresse ces mots à celui qui, naguère son frère et son époux[1], n’est plus aujourd’hui que son frère : un autre a le titre d’époux. Pyrrhus, fils d’Achille, qu’anime la mémoire de son père, me retient prisonnière au mépris des lois divines et humaines. J’ai résisté autant que j’ai pu, pour ne pas être volontairement sa captive : les mains d’une femme n’ont pas eu d’autre pouvoir. "Que fais-tu, fils d’Éaque ? lui dis-je ; je ne suis pas sans vengeur. Cette jeune fille que tu retiens, Pyrrhus, a son maître." Plus sourd que la mer, ce ravisseur, pendant que j’invoquais le nom d’Oreste, me traîna échevelée jusque dans son palais. Esclave dans Lacédémone, livrée à des vainqueurs, quel sort plus cruel eussé-je éprouvé, si leur troupe barbare eût enlevé les femmes grecques ? La Grèce victorieuse a traité Andromaque avec plus de ménagement, lorsque des soldats consumèrent dans les flammes les richesses de la Phrygie.

Mais, si une tendre sollicitude pour moi te

  1. Oreste n’était à Hermione que cousin-germain, mais les anciens appelaient frères les consanguins en ligne collatérale.