Page:Ovide - Œuvres complètes, Nisard, 1850.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


vomit d’énormes phoques. Qui empêche que des glaives ne me traversent le flanc ? Seulement, puissé-je n’avoir pas, comme une captive, à gémir sous le poids cruel des chaînes ; ne pas voir, comme une esclave, mes mains condamnées à une tâche accablante, moi, dont le père est Minos, et la mère une fille de Phébus, moi, et c’est ce que j’ai oublié le moins, moi qui fus sa fiancée ! Si, je regarde les ondes, la terre et les rivages lointains, la terre et les ondes me font d’égales et d’innombrables menaces. Restait le ciel : je crains des dieux jusqu’à leurs images. Je suis une proie, une pâture livrée sans défense aux bêtes furieuses. Ou si des hommes cultivent et habitent, ce lieu, je me défie d’eux. Mes malheurs m’ont trop appris à craindre les étrangers.

Plût au ciel qu’Androgée vécût, et que tu n’eusses pas expié, terre de Cécrops, un meurtre impie par tes funérailles ! Que ton bras cruel, armé d’une noueuse massue, n’eût pas, ô Thésée, immolé le monstre, homme en partie, en partie taureau ! Que je n’eusse pas, pour diriger ton retour, confié à tes mains un fil qu’elles attiraient vers toi !

Je ne m’étonne pas, au reste, que la victoire te soit restée, et que le monstre ait teint de son sang la terre de Crète. Sa corne ne pouvait percer un cœur de fer. Sans bouclier, ta poitrine suffisait pour ta défense. Tu portais là le caillou, là le diamant, et tu es là Thésée, plus dur que le caillou.

Sommeil cruel, pourquoi m’as-tu retenue dans cet engourdissement ? Je devais cette fois rester ensevelie dans la nuit éternelle ! Vous aussi, vents cruels, trop officieux alors, vous qui l’avez servi aux dépens de mes larmes ; toi, main cruelle, qui as frappé de mort mon frère et moi ; foi accordée à mes prières et qui fut un vain nom ; tout a conspiré contre moi, sommeil, vent, foi jurée ; seule, une jeune fille fut la victime d’une triple trahison.

Prête à mourir, je ne verrai donc pas les larmes d’une mère, et nul doigt ne me fermera les yeux ? Mon âme infortunée s’envolera sous un ciel étranger, et une main amie ne parfumera pas mes membres inanimés. Des oiseaux marins s’abattront sur mes ossements qu’on n’aura pas inhumés. Est-ce donc cette sépulture qu’avaient méritée mes bienfaits ? Tu entreras dans le port de Cécrops. Quand tu seras reçu dans ta patrie, que, de ta demeure élevée, tu verras la foule se presser pour t’entendre, que tu auras pompeusement raconté la mort du monstre moitié taureau moitié homme, comment tu as parcouru les routes sinueuses du palais souterrain, raconte aussi que tu m’as abandonnée sur une plage solitaire : je ne dois pas être oubliée parmi tes titres de gloire.

Tu n’as point pour père Égée[1] ni pour

  1. Ce reproche avait quelque fondement, en ce que Thésée passait pour le fils de Neptune, et les fils de ce dieu sont toujours représentés par les poètes comme des hommes cruels et féroces.