Page:Ovide - Œuvres complètes, Nisard, 1850.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


du reste, pour l’intelligence de cette phrase, que Pâris avait été déshérité par Priam des droits attachés à sa naissance.</ref>.

Il est, dans les vallons boisés de l’Ida, un lieu solitaire, et planté de sapins et d’yeuses, où ne vont paître ni la paisible brebis, ni la chèvre amante des rochers, ni le bœuf paresseux au mufle épais. De là, du haut d’un arbre, j’étendais mes regards sur les remparts de Troie, sur ses demeures superbes et sur la mer. Tout à coup il me sembla que la terre tremblait, foulée par des pas : ce que je vais dire est vrai, quoique à peine vraisemblable. Devant mes yeux s’arrête, porté sur des ailes rapides, le petit-fils du grand Atlas et de Pléione (il m’a été permis de le voir ; qu’il me soit permis de rapporter ce que j’ai vu) ; dans la main du dieu était sa verge d’or[1]. Trois déesses, Vénus, Pallas et Junon, posèrent à la fois sur le gazon leurs pieds délicats. Je restai interdit, et l’effroi dont je fus glacé hérissa ma chevelure. "Bannis tes alarmes, me dit alors le messager ailé ; tu es l’arbitre de la beauté ; mets fin au débat des déesses ; dis laquelle efface en beauté les deux autres." Pour m’interdire tout refus, il commande au nom de Jupiter, et s’élève soudain jusqu’aux astres par la route éthérée. Mon âme se rassure ; la hardiesse me vient aussitôt, et mes yeux ne craignent pas d’examiner chacune d’elles. Toutes étaient dignes de la victoire, et je craignais, comme juge, que toutes elles ne pussent la remporter. Déjà cependant l’une d’elles me plaisait davantage ; c’était, sache-le, la déesse qui inspire l’amour. Bientôt, tant elles brûlent de triompher, elles se hâtent d’influencer mon jugement par l’offre de dons magnifiques. L’épouse de Jupiter me promet un trône ; sa fille la valeur ; je doute moi-même si je veux être puissant ou courageux. Vénus me dit alors avec un doux sourire : "Que ces présents, Pâris, ne te séduisent pas ; l’anxiété, la crainte les accompagnent. Je te donnerai, moi, qui tu pourras aimer ; la fille de la belle Léda, plus belle encore que sa mère, je la livre à tes baisers." Elle dit ; j’applaudis également au don qu’elle me fait, et à sa beauté ; et elle remonte d’un pied victorieux vers le ciel.

Cependant mes destinées étant, je pense[2], devenues prospères, je suis, à des signes certains, reconnu pour un royal enfant. Ma famille, joyeuse de revoir un fils après un long espace de temps, met, ainsi que Troie, ce jour au nombre de ses jours de fête. Comme je te désire aujourd’hui, ainsi m’ont désiré des jeunes filles ; tu peux posséder seule celui que tant d’autres ont aimé. Ce ne furent pas seulement des filles de rois et de chefs, qui me recherchèrent ; je fus aussi pour les Nymphes un objet d’amour et de soucis. Dans quelle ville aurais-je à admirer un plus beau visage que

  1. Ovide veut parler ici de Mercure.
  2. Au lien de credo qui forme un sens assez ridicule, un éditeur, Medenbach Wakker a proposé sero.