Page:Owen jones - Grammaire de l ornement, 1856.djvu/132

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
ORNEMENTS MAURESQUES.
5. 
Panneaux des murs de la maison de Sanchez.
6. 
Partie du plafond du portique de la cour du Vivier.

MOSAÏQUES.
1. 
Pilastre, salle des Ambassadeurs.
2. 
Lambris feint. Idem.
3. 
Lambris feint. Salle des Deux Sœurs.
4. 
Pilastre, salle des Ambassadeurs.
5, 6. 
Lambris feints, salle des Deux Sœurs.
7. 
Pilastre, salle de Justice.
8. 
Lambris feint, salle des Deux Sœurs.
9. 
Lambris feint de la fenêtre centrale, salle des Ambassadeurs.
10. 
Pilastre, salle des Ambassadeurs.
11. 
Lambris feint, salle de Justice.
12, 13. 
Lambris feints, salle des Ambassadeurs.
14. 
Pris d’une colonne, salle de Justice.
15. 
Lambris feints pris des bains.
16. 
Lambris feint du Divan, cour du Vivier.
Owen jones - Grammaire de l ornement, 1856 (page 132 crop) a.jpg
ORNEMENTS MAURESQUES.

Si nous avons emprunté nos illustrations des ornements des Maures exclusivement à l’Alhambra, ce n’est pas seulement parceque c’est l’œuvre que nous connaissons le mieux, mais aussi parceque c’est une œuvre dans laquelle leur merveilleux système de décoration a atteint le point culminant. L’Alhambra occupe le sommet le plus élevé de la perfection de l’art mauresque, de même que le Parthénon représente le sommet de l’art Grec. Nous ne connaissons aucune œuvre aussi bien adaptée à servir d’illustration dans une grammaire d’ornement, que ce palais de l’Alhambra, où chaque ornement contient une gram maire en lui-même. Tous les principes, quels qu’ils soient, que nous pourrions tirer de l’étude de l’art de l’ornementation des autres nations, se trouvent réunis dans cette grande œuvre des Maures, et ces principes y sont observés plus universellement et avec plus de vérité que chez les autres nations.

Dans l’Alhambra, nous retrouvons l’art parlant des Égyptiens, la grace naturelle et le raffinement des Grecs, les combinaisons géométriques des Romains, des Byzantins et des Arabes. Il n’y a qu’un charme qui manque à ses ornements, charme qui formait le cachet particulier des ornements égyptiens, savoir, le symbolisme que la religion des Maures défendait ; mais ce manque a été plus que remplacé par les

Owen jones - Grammaire de l ornement, 1856 (page 132 crop) b.jpg

« Il n’y a de conquérant que Dieu." Inscription arabe de l’Alhambra.

inscriptions, lesquelles flattaient l’œil par la beauté extérieure, en même temps qu’elles réveillaient l’intelligence par la difficulté de déchiffrer leurs involutions aussi curieuses que complexes ; et, une fois comprises, elles charmaient l’imagination par la beauté des sentiments qu’elles exprimaient et par l’harmonie de leur composition.

À l’artiste et à tous ceux dont l’esprit est capable d’apprécier à sa juste valeur la beauté à laquelle elles

66