Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/317

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’amitié pour se réjouir longtemps de votre venue. Vous savez qu’un peu plus loin, la où cette même rivière va perdre sa couleur et son nom, une autre hospitalité non moins ancienne vous attendrait. Ainsi balancé au doux courant des eaux, entre nos demeures et nos affections, salué par tant d'autres qui vous aiment ici, accueilli dans nos conférences par ceux mêmes qui ne vous connaissent pas, vous passeriez parmi nous quelques jours ; et je vous reconduirais ensuite, heureux de prolonger notre rapprochement, jusque dans cette capitale qui vous a fasciné et vous retient en dépit de nos désirs.

                     ____________