Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/400

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On avait reçu des lettres de plus de quinze villes de France qui ont déjà des conférences florissantes ; un nombre à peu près égal s’est organisé cette année. Nous voici près de deux mille jeunes gens engagés dans cette paisible croisade de la charité catholique-. Il faut espérer que la force d’association, si malheureusement puissante pour ruiner les croyances de nos pères, saura faire quelque chose pour les relever parmi nous et nos enfants. Et puis dans cet âge orageux où nous sommes, il est heureux de voir se former en dehors de tous les systèmes politiques et philosophiques, un groupe compacte d’hommes déterminés à user de tous leurs droits de citoyens, de toute leur influence de gens instruits, de toutes leurs études professionnelles, pour honorer le catholicisme en temps de paix et le défendre en cas de lutte.

Enfin, lorsque le paupérisme envahissant se trouve furieux et désespéré en face d’une aristocratie financière dont les entrailles sont endurcies, il est bon qu’il y ait des médiateurs, qui puissent prévenir une collision dont on ne saurait imaginer les horribles désastres, qui se fassent écouter dans les deux camps, qui aillent porter, dans l’une des paroles de résignation, dans l’autre des conseils de miséricorde, partout le mot d’ordre réconciliation et amour.

Voilà ce que nous devrions faire si nous en