Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ainsi le patriarche, c’est l’homme primitif, c’est l’homme qui croit. Il y a synthèse dans sa pensée. Le théosophe, sagesse, science, c’est l’homme de la seconde époque, celui qui réfléchit c’est l’homme de l’analyse qui isole les faces diverses de la réalité, les assimile à son imagination, à tort le plus souvent, à raison quelquefois.

Voilà une dissertation bien longue, tu en feras ce qu’il te plaira et tu me diras ce que tu en penses. J’attends avec impatience ton manuscrit, et je l’annoterai avec sévérité. MM. de Chateaubriand et Ballanche m’ont bien accueilli. M. Ballanche m’a dit dans la conversation « Toute religion renferme nécessairement une théologie, une psychologie et une cosmologie. » N’est-ce point là ce que nous disions un jour ensemble ? N’est-ce point là cette triade mystérieuse dans laquelle toute science vient. se résoudre ? N’est-ce point là la métaphysique transcendantale, dans laquelle viennent se résumer toutes les connaissances humaines ?Et n’est-ce pas une manière d’entendre l’apôtre saint Paul, quand il énonce que toute science est renfermée dans la science de Jésus crucifié ?

Je t’engage à soumettre toutes ces idées pêle-mêle avec les tiennes à M. Noirot et à me rapporter son avis. Vois-le souvent, présente-lui mes respects et assure-le que je vais prochainement l’importuner de mes lettres

Je verrai M. de Montalembert, et peut-être M. de