Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quarante sous par tête. Ici, était la partie scabreuse de l’entreprise : que de vertus ont échoué, contre les séductions du dessert! que de sagesses sont venues se briser contre un verre de mousseux champagne! Nous sûmes éviter le péril par la fuite, et le modeste mâconnais, doublement baptisé par le maître de céans et par nous, fut la seule liqueur admise au festin. Aussi personne ne roula sous la table, personne ne chargea les épaules de ses camarades d’un importun fardeau. Nous repartîmes à la fraîcheur du soir la lune ne tarda pas à nous éclairer à travers les arbres : c’était un délicieux moment. Nous avions rempli nos devoirs envers Dieu en lui rendant l’hommage qui lui était dû, envers nos frères en leur donnant un bon exemple, envers nous-mêmes en nous procurant un plaisir pur, en nous donnant un témoignage de réciproque amitié. Longtemps nous nous suivions à de courts intervalles, causant ensemble des douces impressions de cette journée, et ne regrettant qu’une chose, l’absence de ceux qui nous sont le plus chers. La nuit close, nous nous perdîmes de vue quelques-uns montèrent en voiture à Neuilly, et pour moi, j’arrivai avec deux autres à mon domicile. Le lundi venait de commencer.

Mon cœur sait combien de fois j’ai pensé à vous tous dans ce jour, l’un des plus charmants de ma vie !

                     ____________