Page:Pallegoix - Description du royaume Thai ou Siam, 1854, tome 1.djvu/400

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mer une seule et même chose ; par exemple, il y a une douzaine de mots pour dire la tête, à savoir : húa, sisa, sién, sirôt, utamang, kesá, kramom, kaban, sieraklào, ket, kesi, chom. Il y a une infinité de choses qui s’expriment ainsi par plusieurs termes différents ; ce sont comme autant de synonymes, qui cependant ne pourraient pas s’employer indistinctement les uns pour les autres ; car telle expression convient au style vulgaire, et telle autre au style élevé. Les termes employés dans la poésie sont différents de ceux qu’on emploie en religion, et il faut avoir une grande connaissance de la langue pour savoir choisir les mots qui conviennent aux dinerents styles,


DES NOMS.


Il y a une certaine catégorie de noms composés qui sont fort curieux ; par exemple, pour dire fleuve, on dit la mère des eaux ; le lait, c’est l’eau de la mamelle ; l’horizon, c’est le pied des cieux ; la volonté, c’est l’eau du cœur ; un fruit, c’est le fils de l’arbre le cuisinier, c’est le père de la cuisine ; le gouvernail, c’est la queue du tigre ; les échelons sont les enfants de l’échelle ; le compas,