Page:Paradis - Le Temiscamingue a la Baie-d'Hudson BAnQ P134S1D1, 1884.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
27

forêt ; il n’y a pas à en douter à la petite dimension des arbres. D’où viennent donc ces troncs robustes qui, à moitié pourris, jonchent à vos pieds le sol ? Ils forment autour de l’étang un monticule circulaire cimenté de sable et de débris de coquillages. N’est-ce pas là le travail de la mer ?

Dans quelques années les arbres déracinés qui jonchent aujourd’hui le bord de la grève se trouveront aussi, n’en doutez pas, à quelques milles dans l’intérieur de la forêt. Le petit étang où ils se baignent les canards et sur le bois duquel l’outarde vient creuser un nid sera bien vite comblé par les feuilles des arbres, envahi par la mousse et converti en savanne. Vous avez là l’histoire des immenses tourbières qui sur une largeur de 25 à 30 milles, forment le caractère distinctif des terrains qui s’étendent sur les bords de la mer depuis Moose jusqu’à plusieurs centaines de milles au-delà d’Albani.

Ici le travail de la nature est si rapide qu’il est impossible de ne pas le prendre sur le fait. Il se produit à vue d’œil, surtout à l’embouchure des rivières, qui, peu à peu perdent leur profondeur à cause des sédiments qui s’y accumulent sans relâche.

En 1859 les navires se rendaient encore en face des forts de Moose et d’Albani. Depuis 1867 les mêmes vaisseaux sont obligés de jeter l’ancre au moins à 10 milles plus bas et le chenal devient de plus en plus difficile.

Quelques voyageurs ont prétendu voir dans l’exiguité des végétaux qui recouvrent le littoral de la Baie James, une épreuve de la rigueur du climat de ces contrées. Je ne crois pas errer en assurant que c’est au contraire la meilleure garantie de la rapidité avec laquelle la végétation se hâte de profiter de chaque pouce de terre qui lui est acquis sur l’élement liquide. C’est que la prairie va grand train. Avant qu’il ne s’écoule des siècles, de riches troupeaux viendront brouter l’herbe tendre sur les bas-fonds mêmes où le vieux Chum a plus d’une fois failli chavirer notre canot.