Page:Paradis - Le Temiscamingue a la Baie-d'Hudson BAnQ P134S1D1, 1884.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
37


§III — Moose-Factory
Sa situation — population — religion — industrie — navigation
ressources agricoles — particularité de la végétation des hautes latitudes

Paradis - Le Temiscamingue a la Baie-d'Hudson BAnQ P134S1D1, 1884 (illustration page 37).png

Topographie

Le Fort Moose, autrefois Monsini, fut établi par les traiteurs français dès l’an 1680 sur une grande et belle île à l’embouchure de la rivière du même nom.

Aujourd’hui, Moose-Factory est une véritable petite ville avec ses édifices élégants, ses vastes magasins bien alignés, ses rues pavées, ses boulevards et ses jardins. C’est à la fois, un cité fashionable, un entrepôt commercial et une place forte. Rien n’y manque, pas même la citadelle et les canons braqués sur le petit port de mer où une flottille en règle dort sur ses ancres, n’attendant qu’un signe de l’amiral pour s’éparpiller sur tous les points où retentit le cris de guerre : « Pro pelle cutem ».

Population — Religion — Industrie.

Moose est le siège d’un évéché anglican avec une population d’environ 400 familles, métis-écossais et sauvages, toutes protestantes. Ces habitants mènent une vie civilisée et paraissent plus à l’aise que la plupart des autres sauvages, grâce aux secours qui leur sont obtenus de la société de missionnaires évangéliques, et le support que leur accorde ici l’Honorable Compagnie de la Baie d’Hudson.

Le commandeur de la place mérite une mention toute spéciale. C’est Mr Cutter, gentilhomme éminemment qualifié pour tenir un poste aussi important. J’arrive à rendre en passant cet hommage à tous les honorables officiers de la Compagnie de la Baie d’Hudson, que l’on est toujours heureux de rencontrer chez eux le type accompli du parfait gentilhomme, un sens exquis des convenances, une franche hospitalité, en un mot la haute politesse anglaise.