Page:Paradis - Le Temiscamingue a la Baie-d'Hudson BAnQ P134S1D1, 1884.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
44

Paradis - Le Temiscamingue a la Baie-d'Hudson BAnQ P134S1D1, 1884 (illustration page 44-1).pngses coquette petites îles arrondies comme des corbeilles d’émeraudes et qui nous donnent envie de tirer à droite. Mais comme notre itinéraire ne nous conduit pas par le Lac Supérieur, faisons notre sacrifice, et gravissons le portage.

Nature des Rivages.

Ici nous marchons sur les bancs de gypse qui se détachent en galets et se broient sous nos pieds. Toute la côte jusqu’à quelques milles en amont est composée de cette pierre qui plus tard aura son utilité.

Laissons nos sauvages patauger dans le rapide et avancons dans le petit sentier tracé à travers le bois. Je vous ferai faire connaissance avec les premiers géants de la forêt. Ce sont de robustes épinettes blanches mesurant déjà 9 pieds de circonférence mais nous en verrons encore de plus belles dans quelques jours. Avançons jusqu’au Paradis - Le Temiscamingue a la Baie-d'Hudson BAnQ P134S1D1, 1884 (illustration page 44-2).png

Plum Pudding,

île de glaise circulaire aux côtes abruptes d’une cinquantaine de pieds de hauteur. La tête grillée, toute hérissée de chicots noirs et les pieds sapés sans relâche par les vagues du grand rapide, ce monstrueux pudding produit un effet vraiment fantastique. Selon toute probabilité, il n’y a pas bien longtemps, ce bloc de glaise faisait partie de la terre ferme et s’étendait sur une longueur de plusieurs milles. Aujourd’hui il compte à peine quelques arpents, et finira bientôt par disparaître au profit de quelques verges de plus ajoutées aux rivages de la Baie-James.

Éboulis

Nous marchons sur la grève car ici, il n’y a pas d’autres portages, et le rapide continu ne nous permet pas de nous embarquer avant trois milles. Nous n’avons que juste un petit sentier en-